Le contact dans les massages

Lorsque le massage est évoqué, souvent il est passé sous silence le contact. Or, il est primordial. En quoi est-il si important ?

Sans contact réel, on ne peut parler de massage. Alors qu’est-ce que le contact ?

Au premier abord, il est physique dans le fait que le masseur pose ses mains sur le corps du massé, mais cela n’est pas suffisant en soi, tout le monde peut le faire. Il faut savoir entrer en contact au niveau juste et adéquat pour la personne massée. Alors comment le connaître ?

Prenons comme exemple une poignée de main, lorsque vous serrez la main à une personne, immédiatement vous percevez quelque chose d’autre que le simple contact physique. Vous savez à qui vous avez affaire. Cette poignée de main vous renseigne au-delà du simple contact physique. Votre cerveau va analyser automatiquement au-delà de votre conscient la qualité de la relation et du contact. Bien sûr, il y a les critères directement physique, la main est-elle ferme, molle, la personne vous broie-t-elle la main ou au contraire la main est-elle fuyante, insaisissable, vous serre-t-elle la main du bout des doigts, ou vous empoigne-t-elle toute la main ? La main est-elle rugueuse, douce, chaude, charnue, rassurante ou au contraire osseuse, moite, froide, sèche, etc… ? Elle nous informe sur la force physique, psychique et énergétique de la personne, ainsi que sur sa sensibilité.

Toutes ces informations sont reçues en une fraction de seconde par le cerveau, et selon nos critères internes, nous allons percevoir la personne en face de nous comme sympathique ou la trouver antipathique. Elle va nous inspirer confiance, de l’indifférence, de la méfiance ou nous serons tout simplement en alerte, car nous captons des sentiments mélangés et non définissables.

Il n’y a pas que le contact physique, en reprenant notre exemple de la poignée de main, nous regardons notre interlocuteur dans les yeux quand nous lui serrons la main. Le contact des yeux est lui aussi de toute première importance. Notre cerveau va rapidement enregistrer la congruence ou l’incongruence entre le regard et la poignée de main. Il va capter les informations reçues concernant le regard de l’autre. Est-il froid, franc, chaleureux, inquiétant, neutre, direct, fuyant, empli de peur, absent, présent, ou tout simplement la personne regarde ailleurs, etc… ? Ne dit-on pas que les yeux sont les “fenêtres de l’âme” !

Nous sommes également sensibles à l’aspect, à l’attitude et à la posture corporelle qui nous renseignent sur toute l’histoire de vie de cette personne, car elle est inscrite dans son corps en en façonnant la posture, l’attitude et l’aspect. “Lire les corps”, de manière consciente, est souvent une affaire de professionnel et d’expérience, néanmoins la plupart d’entre nous gardent une impression générale qui ne se trompe pas.

Enfin, il y a le rayonnement propre à chaque individu, qui est de l’ordre du sensible et du subtil. Ne disons-nous pas dans le langage courant : “cette personne est rayonnante ou dégage (par exemple) une forte personnalité, ou de la paix, ou de l’anxiété, etc… !”.

Toutes ces informations nous les recevons automatiquement sans y penser, elles font appel à nos cinq sens, à notre intuition, mais elles passent par nos propres filtres qui se sont construits au fil de nos expériences de vie, de notre contexte culturel, social et familial, aussi ne sont-elles pas neutres. Même si nous n’en sommes pas conscients, nos propres filtres vont interférer dans la relation à l’insu de la personne réelle que nous rencontrons.

A l’issue de cette première rencontre, nous aurons un contact empathique ou pas, composé d’un mélange d’impressions qui va entrer en résonnance avec l’autre ou pas, et pour la personne que nous rencontrons il en est de même. Dans le fond qui rencontrons-nous quand nous rencontrons l’autre ?

Tous ces éléments constituent le contact, d’autant que chaque être humain a autour de lui un champ magnétique et subtil, généralement appelé aura, qui entre automatiquement en contact avec l’autre. A ce niveau, des échanges d’informations et d’énergies ont lieu à un niveau subtil qui échappe à notre conscience ordinaire.

Revenons maintenant au contact entre le massé et le masseur. Dans le cadre d’un massage, en premier lieu tout le travail va consister à créer un contact physique et empathique authentique, sans enjeu, où la confiance se crée. Alors que veut dire “sans enjeu” ?

Le contact sans enjeu crée un lien authentique entre le client et le thérapeute. Il peut être créé à plus ou moins long terme, selon le cas de figure, c’est-à-dire selon l’altération du vécu du contact de la personne qui consulte. Le contact sans enjeu est “le contact pour le contact”. S’il y a une attente de part et d’autre, le contact est déjà faussé. Bien sûr, lorsque le client vient consulter il a une attente, ce qui est normal dans l’absolu. Au fur et à mesure qu’il reçoit des massages, cette attente de résultat s’estompe, une compréhension intime émerge, elle est non mentale. La personne qui reçoit le massage est simplement là, présente à ce qu’elle vit dans l’instant, alors le contact sans enjeu peut opérer. Elle est présente à elle-même, seule condition pour s’auto-guérir de ses douleurs et permettre aux émotions de s’exprimer naturellement et ainsi s’auto-libérer. La plus part du temps l’être humain vit ou dans son passé ou dans son futur, alors que ce n’est que dans l’instant présent que la réalité peut être vécue. En étant ainsi présent, le passé est guéri et il n’y a plus de fuite en avant à la recherche d’un futur hypothétique.

Pour que cela advienne, le thérapeute de son côté doit avoir réalisé un vrai travail sur lui-même afin de “mettre de côté” son histoire personnelle, être présent et disponible, afin qu’il projette le moins possible sur le client ses propres histoires, imaginations et concepts. Aussi, le métier de masseur demande une réelle formation, un travail sur soi, de la disponibilité, de la présence, de la réflexion et une bonne et solide pratique. En fait, ce n’est pas une affaire de technique, au début de sa formation il est bien sûr nécessaire qu’il apprenne les techniques de bases (à l’image des gammes), ensuite la sensibilité, la disponibilité, l’état de présence et l’expérience œuvrent de concert. Naturellement il se forme à comprendre tous les signes corporels cités précédemment, qui lui donnent des informations précieuses et nécessaire sur la manière juste et adéquate de masser la personne qui vient à lui.

La confiance mutuelle participe également activement à créer le contact authentique sans enjeu. Elle permet de s’abandonner entre les mains du masseur et de lâcher-prise. Sans cette relation de confiance les bases de la relation et du contact seront faussées, si tel est le cas aucune auto-guérison ne pourra surgir spontanément.

Par exemple dans la relation de couple, qui est pour le moins que l’on puisse dire complexe, car de nombreux niveaux d’attentes réciproques s’entremêlent, si l’on peut rétablir le contact sans enjeu, bien des différends et incompréhensions seront ainsi balayés. Souvent un dialogue de sourd et des frustrations s’installent à cause d’attentes mutuelles incomprises par l’autre. Or en rétablissant le contact sans enjeu, le couple se donne la chance de rétablir une relation à partir d’un point zéro, être simplement là sans enjeu, sans attente, en étant gratuit envers l’autre, ainsi ils peuvent devenir de réels compagnons complices, à l’écoute l’un de l’autre. De cette manière d’être pourra surgir spontanément une entente basée sur la vie qui jaillit à l’instant avec toute la fraîcheur, la surprise et l’enchantement qu’elle engendre. La base de sécurité et de paix intérieure se construit de cette manière, dans cette acceptation de ne pas savoir ce qui va advenir tout en respectant la différence de l’autre. Il en est de même pour les relations des parents et de leurs enfants. Le contact sain est à la base de la vie et survie de l’enfant, nous avons tous été un jour un enfant, or il est possible de le réhabiliter à tout moment de notre vie et le massage où le contact sans enjeu est pratiqué en est un des moyens.

La personne qui accepte d’être massée de cette manière va réhabiliter pour elle-même sa sécurité intérieure, un contact authentique et sans enjeu avec la vie, ses proches et plus largement dans la société. Elle se sentira entendue au plus profond de son être, et pourra ouvrir son cœur en sécurité, devenir gratuite dans toutes ses attitudes envers la vie et les autres. Elle en éprouvera du bien-être, de la détente tout en étant plus présente dans sa vie quotidienne. Elle sera plus en prise directe avec la réalité, tout en acceptant la différence des autres, les relations deviendront plus réelles, authentiques et riches, de ce fait tout deviendra simple et direct.